Quimper, ville bretonne

 

Le touriste découvrant la Cornouaille est marqué par ces signes forts de l’identité bretonne. La période estivale est un moment idéal pour apprécier le travail des artistes et des bénévoles des associations qu’elles soient : de promotion de la langue, de la culture traditionnelle, de lutte bretonne, de danse ou de musique…

La culture est une clef de contact de  notre économie touristique.

Si le plus visible est de voir la présence de la langue bretonne sur les panneaux d’entrée de ville, ce n’est pas grand chose. L’âme bretonne ne peut se suffire des panneaux routiers. Elle a besoin pour s’épanouir de voir des politiques plus volontaires à Quimper comme ailleurs.

La majorité avait mis en place une commission extra-municipale pour mettre en place des actions concrètes du label de l’Office de la langue bretonne. Cette commission a disparue au printemps, en raison de la démission de tous ses membres associatifs, peu satisfaits à juste titre, de la lenteur et du manque de moyens financiers. Les conseillers municipaux ne sont plus convoqués non plus.

La disparition de cette commission n’est pas une bonne chose.

Kemper a un rôle moteur à jouer, il y a tant d’urgences notamment en matière d’enseignement bilingue ou monolingue.

70 ans après le décret Pétain du 10 juin 1941 qui a séparé la Loire-Atlantique de la Bretagne, le combat pour l’identité de la Bretagne, sa réunification et la promotion de sa culture originale, reste une exigence à Quimper comme ailleurs.

Tag(s) : #Ville de Quimper

Partager cet article

Repost 0