Position d'I. Le Bal sur la mission 
"Vous savez que votre majorité n'échappera pas aux remarques du groupe MoDem sur le retard pris sur la politique linguistique. Mais d'abord quelques mots sur le budget culture 2009.

Le pire n'est pas certain, et il serait dommage que la vie culturelle bretonne se prive de la manne de l'état par une critique systématique. Nous croyons possible de construire une politique culturelle en Bretagne sans référence systématique au gouvernement; en effet les enjeux sont différents,  les temps  difficiles et aussi que les crédits du Ministère de la Culture sont toujours majoritairement distribués aux monuments nationaux de la capitale... Oui, La politique culturelle nationale est en train de changer, la région peut se positionner non plus en simple accompagnement, mais s'investir fortement dans ses politiques spécifiques et propres à la Bretagne, comme par exemple les arts numériques en lien avec Bretagne 2.0 ou l'éventualité d'un projet télévisuel régional, une politique linguistique exemplaire.

Le groupe UDF Modem tient, à l'occasion de ce budget, à saluer le dynamisme et la créativité des bénévoles et des associations que la région Bretagne va accompagner l'année prochaine dans leurs nombreux projets. C'est notre richesse et à l'heure où le bénévolat s'interroge sur l'évolution réglementaire des pratiques amateurs, il s'agit encore une fois de leur témoigner de la confiance de l'assemblée régionale. Que serait la culture en Bretagne sans les associations ? Et même si les EPCC régionaux fleurissent, rien ne remplacera la formidables créativité du tissu local.

Un mot sur l'éducation artistique, le retard d'application de la loi de 2004 laisse peut-être présager qu'au final, ce seront les communes qui mettront en oeuvre concrètement la politique et non pas la région ? En matière d'enseignement musical, chorégraphique et dramatique, ce peut être une chance finalement de maintenir une gestion communale pour éviter le risque de reconcentration vers les métropoles régionales et maintenir ainsi un maillage équilibré dans les villes moyennes des conservatoires... En matière d'enseignements des arts plastiques, c'est un autre chemin qui a été choisi, mais là nous sommes dans le domaine d'enseignement supérieur, et on peut se réjouir de la création d'un epcc multisites et de la localisation à Quimper du chargé de mission de l'association des écoles d'art de Bretagne, même si cela ne compense en rien le départ vers Rennes de l'ex-centre régional du livre...

En terme d'emploi culturel, il s'agira de rester vigilant compte tenu de la précarité des types de contrats du secteur mais aussi des conséquences que peuvent induire une crise économique majeure sur la fréquentation des équipements et des spectacles. Si la culture est un puissant moteur de développement économique les crises économiques  touchent souvent en premier les secteurs de la culture, la fragilité de plusieurs filières en Bretagne comme le livre, en témoignent malheureusement avec une accélération inquiétante ces dernières semaines.

Nous approuvons l'augmentation budgétaire générale de la mission car c'est justement en période de crise que le besoin de sens et d'actions partagées se fait le plus sentir.

Reste le programme 721.  Bien sûr que nous étions unanimes pour approuver le plan de politique linguistique il y a déjà 4 ans. Mais le temps passe, session après session et des nombreuses délibérations ne sortent pas des cartons. Alors même si nous suivons avec intérêt les efforts du collègue JP Thomin, les faits sont là :

Epcc Langue bretonne. Il sera le dernier sortis des EPCC culturels régionaux alors que le travail effectué depuis si longtemps  laisser présumer qu'il pouvait être opérationnel le premier.

De même la convention additionnelle sur la langue bretonne du contrat de projet ,tant attendue comme Soeur Anne, tant de fois annoncée à l'ordre du jour et pour la deuxième fois retirée de l'ordre du jour.  On avait tant entendu en d'autres temps sur les manques de la précédente...Certes, on a vu dans la presse la plateforme pour les langues régionales vantée au Congres des Régions de France, et elle contient de nombreux points que nous approuvons. Mais la politique c'est aussi du concret et le conseil régional de Bretagne n'est  saisi ici d'aucune délibération.

Autre carton vite ouvert vite refermé, la transformation de l'institut culturel en troisième assemblée de plein droit. Nous pensions avoir le rapport à cette séance suite aux débats d'octobre sur la troisième chambre, mais pas de délibération... On a du mal à suivre la logique de l'ordre du jour.

Alors politique des langues régionales renvoyée aux calendes bretonnes?

Le groupe Modem manifeste son impatience  car la Bretagne a besoin plus d'un engagement urgent pour sa langue et sa culture.

 

 

UN MOT SUR LA MISSION SPORT

Saluer les trois bretons qui font la course en tête du Vendée Globe on pourrait leur transmettre nos chaleureux voeux de réussite et presque rebaptiser le Bretagne globe....

Compétence choisie, le sport est ainsi une politique déterminée par votre majorité qui aurait pu avoir notre soutien, mais sur un point le groupe Modem renouvelle sa réticence à votre politique de financer des chèques sports, politique non maîtrisée sur les coûts et sur les évaluations d'impact réel des jeunes concernés.

Tag(s) : #Conseil Régional de Bretagne

Partager cet article

Repost 0