Le 75ème congrès du PS a donné aux Français une image déliquescente de la vie des partis politiques. Les comptes-rendus donnés par les médias, seul moyen d’information pour les non-PS, ne reflètent sans doute pas la vérité de l’ensemble des débats des militants. On se souvient que nombreux journaux n’ont pas souhaité informer sur le dernier conseil national du MoDem à la Mutualité le 26 octobre dernier… Ceci posé, force est de constater que le débat a quand même souvent tourné autour du refrain : alliance ou pas alliance avec le MoDem…

Que nous enseigne cette question ?

Tout d’abord, la démocratie française s’organise autour des partis politiques, c’est dans notre Constitution. Mais en ce 21ème siècle naissant, le parti majoritaire de gauche ( le PS détient 20 régions sur 22, de nombreuses collectivités) est en train de vivre une crise d’identité et de valeurs d’une ampleur sans précédent. Certains élus finistériens jettent même l’éponge en appelant à voter blanc à l’élection du 1er secrétaire…

Oui le MoDem, jeune mouvement politique, devient le centre des débats. Quel hommage pour le dernier arrivé. Mais ne dit-on pas que les derniers seront les premiers ?

On ne peut que regarder le film se dérouler comme un Bonjour Tristesse

En effet, cela ne grandit en rien la vie politique française, si chacun ne tient pas son rang face aux enjeux de la vie réelle, celles des français qui attendent que leurs responsables politiques un cap et un comportement digne.

Alors si on peut esquisser un sourire surpris, il s’agit de réfléchir à l’avenir.

Oui peut-être qu’il est temps de modifier notre constitution ? Passer à la 6ème République ?

Repenser le rôle des partis politiques dans la vie politique, organiser une vie démocratique sur des échelles territoriales de proximité, engager une nouvelle décentralisation : la vraie ! celle des régions et des communes, pas celles des combinaisons électorales.  

C’est l’un des débats du MoDem. Sans être prisonniers d’archaïsmes, en centrant l’action politique sur la personne humaine, en modernisant nos institutions, et en dialoguant avec tous ceux qui ne se sentent plus représentés par les partis anciens.

Tag(s) : #MoDem

Partager cet article

Repost 0