PRIMAIRE-S #1

Kemper, ce Dimanche 9 octobre

PRIMAIRE-S #1

Dans ma réflexion politique du moment, il y a trois grandes catégories d'arguments qui alimentent mon non-vote aux primaires organisées par ces deux partis : Les Républicains et les Socialistes. J'évoque ici bien évidement cette nouvelle mode française d'organiser des élections dites primaires comme aux Etats-Unis pour départager le candidat du parti pour les élections présidentielles.

Il s 'agit de poser ici des réflexions institutionnelles, financières et politiques.

En préambule : qui organise quoi ?

En exergue, certains savent que je ne suis ni LR ni PS, mais bien centriste, appartenant depuis toujours à cette famille politique issue de Marc Sangnier, la démocratie Chrétienne, le personnalisme communautaire d'un Emmanuel Mounier, l'aspiration européenne héritée des pères fondateurs de l'Europe, famille aujourd'hui rassemblée au MoDem.

Donc, je n'appartiens à aucun de ces deux partis qui pilotent ces primaires avec leurs candidats, l'un : Les Républicains présidé par Nicolas Sarkozy les 20 et 27 novembre et l'autre Le Parti Socialiste dirigé par le secrétaire Jean-Christophe Cambadélis les 22 et 29 janvier 2017.

Pour être complet, je vous invite à aller voir les sites des organisateurs, et je vous assure avoir bien regardé, il n'y a aucun centriste de ma famille associé au plus haut niveau tant dans l'élaboration que dans l'organisation de cette élection primaire :

  • à gauche on dit Les Primaires ;

le site du parti socialiste en témoigne http://www.parti-socialiste.fr/resolution-primaires-citoyennes-conseil-national-parti-socialiste-2-octobre-2016/

  • à droite on dit La primaire ;

et le site http://www.primaire2016.org/organisation/organisateurs vous précise que les primaires de la droite sont organisées par les responsables politiques LR , sous la houlette d'un président parlementaire Les Républicains : Thierry Solère Député des Hauts de Seine.

Donc nous sommes dans une organisation partisane, et non pas tel que pourrait le laisser penser certains slogans? dans une organisation citoyenne, associative, ou comme une sorte de référendum civique organisé par le gouvernement dans l'optique de mobiliser contre l'abstention.

La démocratie c'est aussi comprendre qui organise quoi.

Premier constat, je n'appartiens pas aux partis qui organisent.

La primaire est-elle constitutionnelle ?

La réponse est dans la question, bien évidement que non ! la constitution de la 5e République française ne prévoit pas que les partis politiques organisent des primaires citoyennes pour désigner leur candidat à prendre en main le destin de la France.

Ce n'est donc pas une question institutionnelle que ces primaires.

« Le Conseil constitutionnel veille à la régularité de l'élection du Président de la République. Il examine les réclamations et proclame les résultats du scrutin » (article 58 de la Constitution). S'agissant de l'élection présidentielle, le Conseil constitutionnel a une mission étendue qui concerne la préparation, le déroulement du scrutin, la proclamation des résultats et les recours formés par les candidats contre les décisions de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. Voir aussi (http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/election-presidentielle-2012/missions-du-conseil/les-missions-du-conseil-constitutionnel-pour-l-election-presidentielle.104279.html)

Par conséquent, la primaire- ou les primaires- n'est pas inscrite dans la constitution. D'ailleurs on attend la publication par ce conseil constitutionnel des modalités d'organisations des élections présidentielles (pour mémoire lors de la dernière élection les informations institutionnelles étaient publiés en janvier 2012)

Les responsables politiques n'ont ils pas mieux à faire dans leur mandat actuel que de préparer des pré-élections ? Nos concitoyens n'ont-ils pas plutôt besoin que les élus assument leur fonctions jusqu'à la fin de leur mandat pour enrayer la situation socio-économique dégradée dans laquelle nous sommes ?

Je crois en la démocratie française qui s'appuie sur des institutions solides que nous avons contribué, générations après générations, à créer et à faire vivre. À défaut d'avoir un débat institutionnel partagé qui change cette constitution, il nous faut s'y référer. C'est le rôle des élus d'y veiller.

La primaire est-elle financée par l’État ?

La réponse est non, car seuls les deux tours des élections présidentielles d'avril-mai 2017 sont prévus dans la constitution.

Donc ce sont les partis qui organisent le financement de ces primaires, en demandant aux français de participer par 1 ou plusieurs euros lors de leur vote.

Ainsi un électeur qui veut voter à ces primaires de gauche ou de droite, donnent une participation financière aux partis LR et PS. Si l'on estime aux vues des sondages actuels à 2 millions de français par tour de vote soit 4 millions par deux euros par exemple cela fait un budget entre 4 et 8 millions d'Euros pour chacun, cela fait un budget très élevé.

Posez-vous la question si ces 2 euros donnés aux partis pour départager leurs candidats sont bien nécessaires ? Demandons-nous ensemble si tout cet argent pour la primaire ou les primaires sont indispensables pour la démocratie ?

Certes la démocratie a un coût, notamment pour la bonne organisation des campagnes et des élections qui permettent à chacun citoyen-ne de voter avec une information équitable.

Cette pré-élection coûte trop cher en temps et en argent. Je ne vois pas la pertinence de cette organisation, mais je veux bien écouter d'autres arguments...

Constat : Aucun candidat centriste sur cette ligne de pré-départ.

D'un point de vue politique, force est de constater qu'aucun centriste n'est proposé à votre vote dans cette primaire. À droite on vous demande de choisir entre six hommes et une femme tous adhérents des Républicains. A gauche, il faut être socialiste ou écologiste donc pas de centriste non plus.

Cet argument peut suffire à certains de mes amis militants et élus centristes pour prendre de la distance et regarder ce qui se passe.

D'autres ont choisi de prendre parti pour tel ou telle, c'est leur choix personnel, respectable tout autant que le mien.

Le choix du président du MoDem, François Bayrou a été – comme toujours celui du courage– de permettre à ce désir de liberté de choix de s'exprimer, en donnant sa préférence pour l'un des candidats, tout en regrettant que l'esprit de la 5e République ne soit ni respecté ni modifié.

C'est bien le seul homme d’État à éprouver les valeurs profondes auxquelles il croit. Quand il dit liberté, il permet la liberté. La liberté, le libre-arbitre, le libre- choix, la liberté de voir, juger, agir, c'est bien au cœur de notre projet politique.

Pas de démocratie sans le pluralisme. Il s'agira de voir comment il sera garanti à ces présidentielles de 2017.

…/…Cette chronique va suivre avec vos arguments, vos propositions, vos idées sur le sujet. N'hésitez pas à nous les écrire.

Tag(s) : #Elections 2017

Partager cet article

Repost 0