#marclefur2015

#marclefur2015

Chartre européenne et vocation internationale de la Bretagne

Hier, entre colère et indignation de posture, les socialistes, comme à chaque campagne électorale, s’insurgeaient contre la droite qui ne faisaient pas aboutir la Charte européenne des langues régionales.

Aujourd'hui c'est à une ficelle parlementaire à laquelle s'accroche le parti au pouvoir, tellement grossière la ficelle qu'aucun marin ne s'en servirait comme d'un bout solide pour diriger son bateau dans une houle de 5 mètres en plein Atlantique.... L'art des ruses et tromperies de chambre est à nouveau démasqué. Les bretons savent bien que la ratification de la Charte est soumis à des vents contraires jacobins de droite comme de gauche. Personne n'est surpris.

Ci-dessous vous découvrirez le communiqué de Marc Le Fur, acteur de la révision constitutionnelle pour les langues régionales, et chef de file de la Liste Le Choix de la Bretagne.

Pour ma part, je pense fondamentalement que ce combat institutionnel dure depuis trop longtemps (23 ans...), et épuise plus qu'il n'anime. Par ailleurs, heureusement que des élus en Bretagne, dans leur commune, sur le terrain applique déjà la présence de la langue bretonne dans la vie publique, car s'il fallait attendre les chartes on ne ferait rien.

La Bretagne a besoin d'un renforcement majeur de sa politique linguistique: plus de compétence, d’expérimentation, de budget accordé à la promotion de notre identité culturelle.

Des paroles et des actes, voilà le sujet de cette élection.

Les socialistes, tout ministres ou députés qu'ils soient dans les liste de candidats, n'ont pas gagné ce combat des langues régionales.

Ils avaient promis :

en 2005 : "20 000 apprenants pour 2020",

en 2015, ils promettent à nouveau :"20 000 apprenants pour 2020",...

et en 2020 ?

Si la chartre européenne n'arrive pas au port, il faut changer le bateau !
  • La vocation internationale de la Bretagne pour s'affirmer, doit-elle toujours passer par Paris ?

------------------------------------------------

mercredi 28 octobre 2015

Communiqué de Marc Le Fur : Les langues de Bretagne victimes d’une prise d’otage partisane.

« Le vote du Sénat qui rejette l’adoption de la charte européenne de langues régionales m’attriste profondément. Ce sujet important pour tous a de nouveau été l’objet d’une prise d’otage des partis politiques français » déclare Marc Le Fur, tête de liste de la Droite et du Centre aux élections régionales.

« Pourquoi n’avoir pas adopté ce texte hors période électorale, « à froid » ? Pourquoi avoir choisi d’inscrire ce texte à la dernière minute à quelques semaines des élections régionales si ce n’est pour diviser plus que pour rassembler ? Pourquoi le présenter d’abord au Sénat plutôt qu’à l’Assemblée nationale ? A l’Assemblée nationale, nous avions pu faire progresser les esprits en 2008 en faisant adopter la mention des langues régionales dans la Constitution. Il fallait poursuivre en présentant la charte d’abord à l’Assemblée nationale. Pourquoi ne l’a-t-on pas fait si ce n’est-ce pour organiser l’échec ? La charte des langues régionales est la victime des soi-disant habiletés de M. Hollande. Tout cela ressemble à un gâchis. » poursuit le Député des Côtes d’Armor. « Une nouvelle fois, les partis politiques français n’ont pas examiné ce projet en fonction de ce qu’il est mais en fonction d’un jeu d’acteur en période électorale.

« Avec les parlementaires, je vais poursuivre l’action de fond que je mène afin de convaincre de l’intérêt de cette charte. Pour la Région, je fais des propositions très concrètes pour renforcer la transmission des langues de Bretagne en encourageant la construction d’un nouveau lycée Diwan à Vannes, en renforçant l’action de l’Office des langues de Bretagne, en promouvant les langues de Bretagne grâce à une véritable télévision régionale. » conclut Marc Le Fur

Partager cet article

Repost 0