Le groupe d'opposition municipale s'étonne de recevoir un nouveau calendrier des conseils pour 2016, sans que la majorité l'ait consulté au préalable.

Effectivement, la nouvelle majorité a décidé de modifier la méthode de travail du conseil municipal, et en informe opposition. Nous en débattrons d'ailleurs ce soir en commission des finances.

A ma connaissance, Bernard Poignant, dans la précédente mandature ne consultait jamais non plus les élus minoritaires que nous étions, ni en direct ni par la directrice de cabinet, ni par le premier adjoint. Nous apprenions les décisions avec l'arrivée de l'ordre du jour du conseil municipal et c'est assez logique. Reste à accepter l’alternance démocratique ! Il nous semble que les élu-es de Quimper ou de Quimper-communauté bénéficient des conditions d'exercice de leur mandat prévu par la loi et notamment en terme d'information. Les questions sont posées et des réponses sont toujours apportées. Chacun est écouté.

Sur le fond, car il s'agit d'essayer de dépasser la forme tant les questions des habitants sont plus cruciales que les dates de réunions ce me semble..., malgré cela plusieurs choses :

  • Le statut de l'élu municipal est inadapté de manière générale. Il commence un peu à évoluer, certes mais de manière insuffisante, mais c'est vrai que pour les élus qui ont charge d'une entreprise, d'un commerce c'est extrêmement difficile en ces temps de crise économique de se libérer pour participer à toutes les très nombreuses réunions qui nous sont demandées, notamment avec l'accélération des regroupements de communes prévus par la Loi NOTRe. C'est vrai aussi, quand on est salarié, les heures prises pour se rendre aux réunions municipales ne sont pas obligatoirement payées, c'est donc sur leurs congés que les élus viennent siéger. Et c'est tout à leur honneur. J'invite les élus socialistes à saisir le parlement et le gouvernement afin d'améliorer les dispositions de dispense salariale pour l'exercice d'un mandat local, ils feraient là oeuvre utile.
  • L'ordre du jour des conseils municipaux est du pouvoir du maire, cela ne se conteste pas. Je ne vois pas l'intérêt de jouer les Don Quichotte contre les moulins à vent quand près de 13% de la population de Cornouaille est au chômage. Chacun appréciera.
  • Le contenu des conseils de notre mandature est plus chargé que l'ancien mandat, c'est une réalité, nous engageons des travaux essentiels et attendus. Notre politique est dynamique, énergique, et le travail est visible. De plus, Le maire a souhaité associer à la réflexion des conseils de quartiers, c'est une nouveauté qui modernise notre démocratie locale, nous ne pouvons que nous en féliciter d'associer autrement des citoyens à l'action locale.
  • Le conseil communautaire va devenir également dans les prochains mois à la croisée de décisions importantes suite à la réforme territoriale, lieu de débats plus stratégiques que par le passé compte tenu du contexte politique et financier. Nous avons défendu dans la campagne un souhait de modifier la gouvernance locale, car les temps changent et nous devons faire face à des défis difficiles. Nous souhaitons le faire avec plus d'efficacité et de dialogue que ce que nous avons connu précédemment. Le temps n'est plus au procès d’intention mais à l'action.

Pour terminer, je crois profondément que des procédures nouvelles doivent être engagées dans nos collectivités pour être au plus près des habitants et plus réactifs car ils en ont besoin. Six conseils ordinaires- et peut-être en fonction de l'avancement des projets- des conseils supplémentaires - mobiliseront suffisamment notre énergie en assemblées plénières et nous laisseront le temps pour des réunions autrement plus efficaces que les postures d'assemblée. Si l'opposition souhaite la parole au conseil municipal, elle en bénéfice sans limite.

L'important n'est pas de parler,

mais d'avoir quelque chose à dire qui soit intéressant pour tous.

Partager cet article

Repost 0